L’Espagne, «bonne surprise» de la zone euro

Le secteur touristique pèse 10% du PIB et, cette année, le pays devrait atteindre des records de fréquentation.
L’économie espagnole connaît cette année un net rebond. Le Fonds monétaire international table sur une hausse du PIB de 1,2% – contre 0,9% prévu en avril – et 1,6% en 2015.

Villa Monte Mayor

C’est l’une des «bonnes surprises» du FMI. L’économie espagnole connaît cette année un net rebond. Le Fonds monétaire international table sur une hausse du PIB de 1,2% – contre 0,9% prévu en avril – et 1,6% en 2015. L’embellie a été confirmée par la Banque d’Espagne qui a relevé ses prévisions de croissance, plus optimistes encore que l’organisation de Washington à 1,3% et 2%. L’Espagne semble bel et bien avoir tourné la page de la récession survenue après l’éclatement de sa bulle immobilière en 2008. Entre 2008 et 2013, le PIB hispanique a perdu 6%.

Surtout, ce n’est plus seulement le moteur des exportations soutenu par un regain de compétitivité qui dope la croissance. Le marché intérieur, longtemps plombé par les multiples plans d’économie visant à redresser les finances publiques, retrouve enfin des couleurs. «Les composantes privées – consommation et investissement des entreprises – ont été les principaux soutiens du PIB au deuxième trimestre», a ainsi souligné la banque d’Espagne dans son bulletin. Si les Espagnols se remettent à consommer, c’est grâce à l’inflation quasi nulle et une amélioration sur le front de l’emploi, confortée ce jeudi par les chiffres du deuxième trimestre. Le taux de chômage, qui avait atteint un record historique début 2013 à 26,94%, est repassé sous la barre symbolique des 25%. La quatrième économie de la zone euro a enregistré sa plus forte baisse trimestrielle, ce qui devrait contribuer au regain de confiance.
28 millions de touristes

«Cela pourrait aussi stimuler l’investissement des entreprises car l’Espagne sort d’une longue phase de désinvestissement et les conditions financières sont aujourd’hui moins restrictives», note Jésus Castillo, de Natixis. Les entreprises espagnoles bénéficient depuis 2010 d’une baisse des coûts unitaires du travail, de 1,5 % par an en moyenne, qui a permis à la péninsule de gagner des parts de marché sur la France et l’Italie et de trouver de nouveaux débouchés. Ses exportations ont progressé plus vite qu’en Allemagne, pourtant championne européenne incontestée en la matière. À signaler aussi la dynamique touristique, qui pèse 10% du PIB. L’Espagne a accueilli plus de 28 millions de touristes au premier semestre, un chiffre record.

Visitez nos biens en ligne, sur Marbella Hills Homes ou contactez nous pour nous faire part de vos exigences…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :